www.argenvieres.fr
Mairie de Argenvières dans le 18 Cher

Présentation du village/Histoire

Petit village de la
Champagne Berrichonne

dans l’est du département du Cher en Région Centre Val de Loire, Argenivères fait partie de la Communauté de Communes Berry-Loire-Vauvise (BLV)  du canton d’Avord, ainsi que du Pays de Loire Val d’Aubois (PLVA) et est limitrophe du département de la Nièvre  région Bourgogne-Franche Comté.

Situé à 7 kms de la Charité sur Loire (sortie de l’autoroute  n°28 - 29 et 30, gare  SNCF de la ligne ferrovière Paris – Clermont-Ferrand, chemin de Saint Jacques de Compostelle), à 10 kms de Sancergues, 30 kms de Nevers et 50 kms de Bourges, Argenvières est proche des écoles, commerces et autres commodités .

Le réseau de la fibre optique est déployé sur l'ensemble de la commune et permet le raccordement de toutes les habitations.

La commune s’étend sur 14,72 km² et compte 467 habitants appelés Argenvièrois et Argenvièroises.

De part sa situation géographique, la commune d'Argenvières fait partie de l’itinérance à vélo avec d’une part,  la Loire à vélo qui emprunte la levée d’Espagne, une boucle cyclable utilise le chemin de halage le long du canal latéral à la Loire, et  d’autre part, une boucle cyclable de pays qui traverse plusieurs communes de la Communauté de Communes Berry Loire Vauvise

Argenvières,  commune rurale où il fait bon vivre, labellisée 1 fleur au niveau de la Région Centre Val de Loire pour les villes et villages fleuris depuis 2004.

La découverte en 1847 d’un tumulus contenant trois squelettes et des bijoux en bronze atteste une occupation préromaine sur le territoire. Le village est mentionné pour la première fois en 1106 sous le nom de Argenti-Villa

Le nom d’Argenvières est attesté dans cette phrase latine Guageria de Argenvieriis en 1192 dans le cartulaire de l’abbaye de la Charité. Sous les formes Argenveres en 1195 dans le cartulaire de Fontmorigny, puis Argenvarium en 1287, Argenviers en 1707 sur la carte Jaillot et Argenviere sur  la carte Cassini.

Cette paroisse faisait partie du diocèse de Nevers et le patronage en appartenait au prieuré de La Charité sur Loire.

 La dixme de la paroisse fut donnée à cette abbaye en 1106 par Seguin de Nevers ; le fief lui fut abandonné par Sadon de Patinges et Agnès sa femme en 1198, puis en seconde fois en 1209 par Geoffroy de Pougues à qui Sadon l’avait cédé en 1208. En 1195, le curé se nommait Guy. On y trouve au XV ème siècle mention d’une confrérie de Saint Martin.